La paille et la poutre (chronique anachronique 8)


Ce sont nos écoliers – quand ils peuvent lire le quotidien de Papa-Maman – qui doivent bien rire …

Non, pas de la politique, non ! Mais de cette décision de fermer un sexshop établi à proximité d’un établissement scolaire. « Sex shop » rebaptisé « Love shop », histoire de tromper nos élèves qui n’ont pas encore de cours d’anglais ?

D’un côté, cette boutique suspecte. De quoi serait-elle accusée ? De détourner nos enfants mineurs ? De les dissuader de rentrer à la maison ? Et de faire leurs devoirs ?

Mais à la maison, justement, que vont faire nos bambins ? Probablement regarder un écran, avaler des images non soumises à cette censure légale, jouer à des jeux « sans limites », recevoir quelques décharges d’adrénaline dans la solitude de leur chambre …

De l’autre, dans la même rue, des magazines trash dans les kiosques, des affiches racoleuses, des pubs explicites jusqu’à l’obscénité, … autant de doses de violence, disponibles 24h/24, violence banalisée avec beaucoup de mauvaise foi.

Sur les grands écrans du cinéma voisin, des bandes-annonce livrent, sans préavis et sans souci de l’âge du public, des scènes insoutenables.

J’ai moins peur d’une vitrine devant laquelle nos enfants passent quotidiennement, à la fois encadrés par Papa-Maman, Nounou ou Grand-Maman, et plus préoccupés du pain au chocolat promis que d’une boutique qui n’est ni une boulangerie, ni franprix.

Plus grands, je les imagine davantage absorbés, à l’heure de la sortie, par tout ce qu’ils ont à partager avec leurs copains …

Je suis plus inquiète des écrans familiaux qui polluent l’intimité des chambres de nos petits et qui poursuivent leur diffusion de poison en toute impunité.

Drôle de hiérarchie des dangers ! Etrange façon de s’appuyer sur la loi pour, arbitrairement, remettre de l’opacité entre privé et public.

Ce qu’il y aurait de commun avec les pages politiques ? Un réel déficit de bon sens !

A quand la fermeture légale de tout les écrans ?


︎ KUCZNSKI, Pawel